Formation seo gratuit (ou pas) par un EX consultant seo

Vous souhaitez réaliser une formation seo et avez besoin d’un consultant seo ?

PS: Ils ‘agit ici d’un extrait d’un vieux ebook (mais l’essentiel est là) que j’avais écris avec la fougue de la jeunesse, c’est aujourd’hui un test seo

Bref, si vous voulez vous formez, commencez par lire l’essentiel 😉

 

Avant toute chose, je tiens à vous prévenir : ce livre ne contient aucune recette miracle. Tous ceux qui vous promettront une première place sur des termes concurrentiels en quelques jours sont des charlatans. Référencer un site internet demande beaucoup de travail et se fait sur la durée. Se classer en haut de la première page des moteurs de recherches comme Google peut prendre des semaines, des mois, voire des années, selon la concurrence des mots clés. Soyez patient ! Enfin, ne faites pas des moteurs de recherche votre priorité. Si je n’avais qu’un seul conseil à vous donner, ce serait celui-ci : votre objectif principal est de satisfaire les internautes qui visitent votre site ; arrangez-vous pour qu’ils trouvent facilement et rapidement le contenu qu’ils cherchent. Et vous verrez, cela aura une influence positive sur votre positionnement. Si ce livre ne contient aucune recette miracle, j’y détaille toutefois de nombreuses pratiques influant sur le référencement d’un site web. Vous êtes prêt ? C’est parti !

1

 

capture2

INTRODUCTION AU RÉFÉRENCEMENT (SEO)

Qu’est-ce que le référencement ?

Le référencement représente une série de techniques mises en œuvre pour indexer et améliorer le positionnement d’un site internet dans les moteurs de recherche. Il se partage en trois axes majeurs :

  • La structure et l’ergonomie du site internet ainsi que le respect des standards de développement
  • La sélection de mots clés présents sur le site Internet et permettant de renseigner les moteurs de recherche ainsi que les internautes du contenu du site et des réponses qu’ils pourront y trouver
  • Le dynamisme du site internet, à savoir la fréquence de publication de nouveaux contenus et les échanges de liens avec d’autres sites.

 

Les enjeux du référencement

En Janvier 2012, Internet comptait plus de cinq cent quatre-vingt millions de sites. Dont peut-être le vôtre. Une récente étude a démontré que seuls 30% des TPE/PME ont un site Web ! Quand on sait que c’est aujourd’hui la première chose que les clients ou les partenaires vont regarder ou rechercher sur internet… Bref, pour vous retrouver dans cette jungle virtuelle, les internautes utilisent les moteurs de recherche. En fonction des mots clés saisis, les moteurs vont sélectionner une liste de sites qu’ils jugeront les plus pertinents. Étant donné que 80% des visiteurs cliquent sur les liens situés en première page, il est aujourd’hui devenu crucial d’avoir un site bien positionné sur les moteurs, de préférence dans la première, voir la seconde page maximum.

 

Un bon référencement permet donc d’améliorer la visibilité et le trafic d’un site internet. Si vous êtes un professionnel, vous augmenterez votre nombre de contacts et donc votre chiffre d’affaires.

 

Référencement naturel VS référencement payant

I l existe deux types de référencement : le référencement naturel (dit « gratuit » ou organique) et le référencement sponsorisé (dit payant). J’ai mis le terme « gratuit » entre guillemets, car bien sûr, rien n’est vraiment gratuit : nous l’avons vu, référencer un site internet est un travail de longue haleine, cela vous prendra des semaines ou des mois avant de voir votre site positionné dans les premiers résultats des moteurs de recherche. Et c’est autant de temps que vous ne pourrez pas consacrer à votre cœur de métier. Après tout, ne dit-on pas que « le temps, c’est de l’argent » ? Quant au référencement payant, il est complémentaire au référencement naturel et permet d’améliorer rapidement la visibilité d’un site internet. C’est pourquoi il est généralement utilisé pour le lancement d’un site ou lors d’opérations exceptionnelles, telles que des promotions ou la création d’un événement particulier.

 

Les robots d’indexation

Savez-vous comment Google et ses consorts indexent et positionnent des sites internet ? Ils ont créé des logiciels que l’on appelle communément des robots d’indexation qui parcourent la toile sans relâche. Lorsqu’un robot parcourt votre site internet, il va, comme tout internaute lambda, s’y déplacer à l’aide des liens qui y seront placés. Il va également dégager les mots clés qu’il juge importants et qui permettront ensuite de placer votre site sur telle ou telle expression. D’où l’importance de soigner son maillage interne, mais aussi de bien agencer son contenu et de disposer de backlinks. Nous verrons tout cela un peu plus loin.

 

Quand faut-il s’occuper du référencement d’un site ?

Beaucoup pensent que le travail de référencement d’un site internet s’effectue une fois que ce dernier est terminé et en ligne. C’est une erreur

Ce travail doit faire partie intégrante de la conception du site : avant même de créer la moindre ligne de code, vous devez déjà réfléchir sérieusement au référencement. Voici comment :

 

RÉFÉRENCEMENT NATUREL

Avant de commencer votre SEO

Choix du nom de domaine

Le choix du nom de domaine n’est pas à prendre à la légère. Choisissez par exemple le nom de votre société ou le nom du service que vous proposez. Privilégiez un nom court. Vous pouvez également ajouter un ou deux mots clés afin d’améliorer votre référencement. Attention toutefois à ne pas les multiplier, au risque de perdre en taux de mémorisation ! Si votre nom comporte plusieurs mots, utilisez le tiret pour les séparer plutôt qu’un point (réservé à l’extension) ou un underscore (mal interprété par les navigateurs et peu intuitif). Exemple : www.mon-site.com Le choix de l’extension joue également un rôle important dans le référencement de votre site. Privilégiez une extension en « .com » ou correspondante au pays que vous ciblez (« .fr » pour la France, « .es » pour l’Espagne, etc).

Rappelez-vous que le but d’un nom de domaine est d’être facilement mémorisable par les internautes.

 

Choix de l’hébergement

Le choix de l’hébergement est libre : à vous de sélectionner votre hébergeur en fonction de critères qui vous sont propres (performance, prix…). Dans une optique de référencement, trois points sont cependant à prendre en compte lors du choix de l’hébergement :

• Il est fortement conseillé de prendre un hébergement dont les serveurs se situent dans le pays que vous souhaitez cibler ;

• Choisissez un hébergeur autorisant l’URL-rewriting (à priori tous les hébergeurs sérieux autorisent cette pratique) ;

• Enfin, et cela paraît logique : assurez-vous de la fiabilité de votre hébergement. Des pannes prolongées nuiront fortement à votre référencement.

 

Choix de la solution de développement

Le choix de la plateforme de développement (à savoir un CMS, un framwork ou du « fait-maison ») peut contribuer au référencement naturel de votre site. Mais avant toute chose, voyons à quoi ils correspondent : RÉFÉRENCEMENT NATUREL Comprendre et améliorer le référencement de son site internet 9

  • Un CMS (Content System Management) est un système déjà tout prêt ne nécessitant pas de connaissances en informatique pour être fonctionnel, bien qu’il soit tout à fait possible de « mettre les mains dans le cambouis » pour obtenir un résultat particulier. Parmi les plus connus, on peut citer WordPress (blog et site), Prestashop (boutique en ligne), Joomla … Il en existe des dizaines !
  •  Un framwork est une sorte de kit comprenant les fondations d’un site internet et servant de cadre de travail. Il faut toutefois avoir des connaissances en développement web pour créer un site internet à partir d’un framwork. Quelques exemples de framworks connus : Symfony2, Zend, Cake PHP, Django… Là encore, la liste n’est pas exhaustive.
  • Le « fait main » qui consiste, comme son nom l’indique, de créer un site internet de toutes pièces.

Pourquoi je vous parle de tout cela ? Tout simplement parce que le choix de la plateforme de développement va influer sur le référencement de votre site internet. Si vous n’avez absolument aucune connaissance en référencement naturel et que vous ne souhaitez pas vous y mettre, je vous conseille d’oublier le site « fait-main ». En effet, les CMS et Framworks sont généralement optimisés pour le référencement. Soyons clairs : ils ne feront pas de miracle si vous ne faites rien de votre côté. Mais votre référencement sera meilleur que si vous n’aviez rien fait du tout. À l’inverse, un site « fait main » peut être très bien référencé si vous prenez le temps de faire les convenablement. Dans tous les cas, prenez le temps de vous renseigner sur les performances de la plateforme en terme de référencement avant de la sélectionner. Je vous conseille la plateforme WordPress qui se référence relativement rapidement, possède de bons plugins et l’URL rewriting.

Choix des mots clés Les robots d’indexation ne savent pas lire. Ils ont en revanche été programmés pour repérer les mots clés présents dans vos pages, ce qui leur permet de déterminer (entre autres critères) la pertinence de votre site par rapport à la requête d’un internaute. Puisqu’il va être difficile, sinon impossible, de se positionner sur des mots clés uniques et concurrentiels tels que « vacances », « voiture », je vous conseille d’utiliser ce que l’on appelle la « longue traine », c’est-à-dire utiliser des mots clés moins compétitifs, mais qui, réunis, sont sources de trafics importants. Par exemple, au lieu de tenter de nous positionner simplement sur « appartement », nous allons viser des expressions telles que « appartement à louer Nice », « location appartement Nice », « Plombier Nice », « dépannage chaudière Nice », etc. Si vous avez une activité géolocalisée, référencez-vous sur votre ville ou votre département (votre ville, villes voisines, votre département) et vous verrez que vous aurez beaucoup plus de visites/clients. Ce choix de mots clés peut (et doit !) se faire avant même la conception de votre site internet. Pour vous aider dans votre sélection, vous pouvez utiliser l’outil de recherche de mots clés de Google Adwords. Utilisez ensuite le moteur de recherche Google pour aller plus loin. En effet, lors d’une recherche, il vous soumet d’autres propositions. Par exemple, voici ce que retourne Google lorsque l’on tape « maison

Vous avez tout intérêt à inclure les termes correspondant à votre site dans votre stratégie de référencement !

 

 

Architecture du site

Structurer le site

Dès lors que connaissez les mots clés et expressions qu’il vous faudra mettre en avant sur votre site, vous allez pouvoir commencer à le structurer.

Prévoyez de découper votre site en plusieurs rubriques. Par exemple, si votre site porte sur le « dépannage de chaudières », les rubriques pourraient être :

  • les marques principales,
  • vos zones d’interventions,
  • les entretiens à apporter,
  • les bonnes pratiques de sécurité

 

À nouveau, découpez ces rubriques en différentes pages. Pour reprendre l’exemple précédent, vous pouvez, dans la rubrique « marques », rédiger des pages sur «dépannage marque1», «dépannage marque2»… Du coup, quand une personne sur Nice se retrouve en panne avec sa chaudière, l’internaute réalise une recherche avec des mots du type : «dépannage/réparation chaudière Nice», ou «dépannage marque1 à Nice» etc…

Vous avez compris l’idée. La personne contactera les premiers sites qui s’affichent avec ces résultats.

Les moteurs de recherche ne référencent pas des sites internet, mais des pages web. Plus vous décomposerez votre site, et plus vous aurez de chances de voir au moins l’une de vos pages bien positionnée sur les mots clés qui y sont associés.

conseil

Maillage de liens

Les robots d’indexation vont se « promener » sur votre site grâce aux différents liens qui y seront présents. Il est donc crucial de disposer d’un bon maillage de liens. En pratique, on dit que chaque page de votre site doit être accessible par au moins un lien texte en plus du menu de navigation principal. Aussi, lors de la rédaction de vos contenus, pensez à faire des liens entre vos différentes pages : votre page traite des pannes de chaudières et vous disposez d’une autre page concernant les bonnes pratiques pour entretenir une chaudière? Faites un lien entre elles ! Sur un blog, cela peut également se traduire par un module du type « Ces articles peuvent aussi vous intéresser : », sur une boutique en ligne, on peut trouver « Les internautes qui ont aimé ce produit ont aussi aimé : », etc. Mettez-vous dans la peau de l’internaute : il veut pouvoir accéder aux différentes informations facilement, sans avoir à éplucher des pages entières pour trouver ce qu’il recherche.

De votre côté, plus vous inciterez un visiteur à rester longtemps sur votre site (justement en lui permettant de prolonger facilement sa lecture), et meilleures seront vos statistiques. Cela contribuera également à l’augmentation de votre taux de conversion. Pensez-y !

conseil2

Fil d’ariane

Le fil d’ariane (Breadcrumb en anglais) consiste à indiquer aux visiteurs où ils se trouvent et comment revenir facilement en arrière.

Avantages : Cette pratique comporte de nombreux avantages :

  • L’internaute n’est jamais perdu dans votre site ;
  • Cela créé des liens internes supplémentaires, ce qui est bon pour le référencement ;
  • Vous pouvez mettre les mots clés de votre choix afin, là encore, d’aider au référencement de votre site.

 

Plan de site et sitemap

Ces deux pages ne doivent pas être confondues, bien que les termes se ressemblent fortement. Si elles servent toutes deux à lister les différentes pages du site internet, le plan de site est à destination des internautes alors que le sitemap se destine uniquement aux moteurs de recherche. Le sitemap Un sitemap est (le plus souvent) un fichier XML qui permet d’indiquer les différentes URL à indexer. On peut également y trouver la date de dernière modification du contenu ainsi que la périodicité approximative de modification de contenu.

Principales utilités d’un sitemap :

  • Permettre aux moteurs de recherche d’accéder à des pages qu’ils n’auraient peut-être pas trouvées seuls ;
  • Particulièrement utile si le site internet est récent et ne dispose pas encore de backlinks (ou peu) ;
  • Très utile également pour les sites à contenu dynamique, tels que les blogs.

sitemap

Il s’agit d’un simple fichier xml listant les différentes URL de votre site internet. Ce fichier sera ensuite lu par les moteurs de recherche lors de leur prochain passage sur votre site. Vous pouvez également forcer un peu les choses en soumettant votre sitemap directement à Google via la section webmasters de Google (Google Tools). Génération du sitemap Si vous avez un blog ou tout autre site à contenu dynamique, ne prenez pas peur : il existe des outils qui peuvent générer automatiquement votre sitemap. Pour mes blogs sous WordPress, j’utilise le plugin gratuit Google XML Google Map Generator. Il se charge de générer le fichier une première fois, puis de le mettre à jour à chaque fois que j’ajoute où supprime un article. Pratique ! Vous trouverez également simplement sur internet divers sites qui vous permettent de générer automatiquement et gratuitement votre sitemap.

Le plan de site Je ne vais pas m’étendre sur cette notion. Un plan de site doit permettre à l’internaute de trouver facilement les rubriques qui l’intéressent. Pour cela, il vous suffit d’afficher l’architecture de votre site, avec les catégories, les éventuelles sous-catégories, et les pages qui y sont contenues. Le plan de site n’est plus vraiment pris en compte par les moteurs de recherche : ils se méfient en effet des pages contenant trop de liens. Cette page risque donc d’être mal référencée. Ils pourront en revanche y trouver des pages qu’ils n’auraient pas indexé sinon, et de ce fait, le plan de site peut avoir un effet positif sur votre positionnement.

 

Développement du site

Séparer la structuration de la mise en page

Nous avons vu qu’il était important de bien hiérarchiser les informations de la page, c’est-à-dire mettre les titres en avant, puis les
, etc. Pour que les moteurs de recherche comprennent ce qui est important, vous devez utiliser les balises adéquates : « Hx » pour les titres, sous-titres, etc., et « p » pour les paragraphes.

structure

 

Ce code permet de comprendre l’utilisation des différents titres. H1 sera donc le titre le plus important, suivi de H2, et P sera donc signe de paragraphe. À noter que vous pouvez très bien créer des H3, H4, H5, etc. selon le nombre de sous-sous-titres dont vous avez besoin.

 

astuce

Les balises méta

Les balises méta s’écrivent toutes de la même manière et se situent entre les balises HEAD de votre page. Elles se présentent de la sorte :

te

Il existe un nombre important de balises, mais toutes ne sont pas utiles dans le référencement de votre site internet. À noter que vous pouvez les placer dans l’ordre que vous souhaitez, cela n’a aucun impact sur le référencement.

 

Balise titre

Il ne s’agit pas d’une balise méta à proprement parler, mais elle est souvent considérée comme telle, puisqu’elle se place elle aussi entre les balises HEAD de votre page. La balise TITRE est une très courte phrase (70 caractères maximum) qui contient les principaux mots clés de votre page. Il est conseillé de faire en sorte que chaque page du site ait un titre différent.

Cette balise est la plus importante pour le référencement. Pensez à ajouter vos mots clés.

 

Balise description

La balise DESCRIPTION n’a pas d’utilité dans le positionnement de votre site sur Google. En revanche, le moteur de recherche l’utilise dans l’affichage des résultats. Il est donc conseillé de saisir un texte clair, contenant les principaux mots clés de la page, et qui donneront envie à l’internaute de cliquer sur le lien. Dans l’idéal, cette balise contient moins de vingt caractères et est à modifier sur chacune des pages du site.

 

Balise Keywords

Cette balise n’est plus utilisée par Google dans son algorithme. Elle serait en revanche toujours utilisée par d’autres moteurs, aussi je vous conseille de la remplir avec soin.

 

Balise méta robots

Les balises méta robots sont prises en compte par Google. Elles ont pour but d’indiquer au moteur de recherche s’il peut ou non indexer la page. Par défaut, les moteurs indexent toutes les pages, vous n’êtes donc pas obligé de renseigner cette balise. Elle ne sera à ajouter que dans le cas où vous souhaiteriez que les moteurs de recherche n’indexent pas telle ou telle page. Exemple :

 

Url-rewriting

 

L’URL-rewriting est une pratique consistant à réécrire les diffé- rents liens de son site internet afin de les rendre plus explicites, aussi bien pour l’internaute que pour les moteurs de recherche. Vous pouvez même décider d’y inclure un ou deux mots clés importants afin d’améliorer votre référencement.

Cette pratique permet également d’améliorer sensiblement la sécurité de votre site internet, en limitant les modifications d’URL de la part de vos visiteurs.

Par exemple, au lieu d’avoir une URL de ce type :

http://www.301.fr/index.php?categorie=1&article=32

Vous allez définir un schéma de réécriture, tel que (par exemple) :

http://301.fr/nom-categorie/titre-article

 

À noter que les moteurs de recherche peuvent sanctionner les URL trop complexes, par exemple comprenant des « id=xx » à foison. Bannissez-les en recourant systématiquement à l’URL-rewriting !

Rapidité du site

La rapidité de chargement du site est maintenant prise en compte par Google. Cela paraît logique : rappelez-vous, Google aime ce qui va satisfaire les internautes. Tout le monde préfère un site qui se charge en quelques millisecondes ! Vous pouvez utiliser l’outil Page Speed Online ou pingdom pour vérifier le temps de chargement de vos pages. Dans tous les cas, tachez de faire en sorte que votre site ne s’affiche pas en plus de 2 secondes, l’idéal est inférieur à 1 et le top à 0,50ms. Si vous avez beaucoup de fichiers à charger (images, scripts, vidéos…), installez un système de cache pour que votre site soit plus rapide après le premier chargement !

 

Poids des pages

Tachez de faire les pages les plus légères possible : les internautes disposant d’une connexion internet bas débit vous en seront reconnaissants. De plus, nous venons de le voir, Google intègre la rapidité de chargement des pages dans son algorithme. Le poids idéal est fixé à 100 kilo-octets : si possible, tâchez de respecter ce poids maximum. Quelques pistes pour réduire le poids de vos pages (liste non exhaustive) :

  • Redimensionner les images, les compresser si besoin et privilégier le format jpg. Plusieurs services sur internet vous permettent gratuitement de réduire le poids de vos images sans perte de qualité ;
  • Compresser les fichiers javascript et CSS ;
  • Appeler les fichiers CSS dans la balise HEAD et les fichiers javascript juste avant la fermeture de la balise BODY ;
  • Utiliser un système de cache ;

conseil

 

Respect des standards

Avez-vous déjà entendu parler du consortium W3C ? Il s’agit d’une communauté internationale qui établit des normes et recommandations dans la conception des sites internet. Leur objectif est simple : faire en sorte que les sites s’affichent correctement quel que soit le navigateur, le type de connexion ou la plateforme utilisée par l’internaute. Il est fortement conseillé de respecter ces recommandations. D’une part parce que vous serez ainsi assuré du bon affichage de votre site internet quelle que soit la plateforme, mais aussi parce que les moteurs de recherche intègrent ce critère dans leur algorithme. Pour savoir si votre site répond aux normes, utilisez le validateur w3C, un outil gratuit très pratique. Saisissez l’url de votre page web et validez pour obtenir le verdict. Vous pouvez également uploader directement des fichiers : très utile si votre site n’est pas encore en ligne ! Si votre site répond aux normes du W3C votre résultat apparaitra en vert. Si en revanche votre site a des erreurs, le résultat sera en rouge, et le validateur vous indiquera où elles se trouvent afin que vous puissiez les corriger Anecdote amusante : avec trente-quatre erreurs et deux warnings, Google lui-même ne répond pas aux normes ! Cela n’est bien sûr pas une raison pour ne pas corriger les erreurs de votre site.

 

Contenu des pages

Contenu textuel

Afin d’être bien référencé et être intéressant pour les internautes, votre site doit naturellement contenir du contenu textuel. Voici quelques conseils pour optimiser vos contenus :

Utilisation des balises Hx pour les titres et sous-titres et présence des mots clés les plus importants dans lesdites balises ;

Rédaction des textes dans un langage naturel, et adapté à votre cible : ce serait inutile d’axer toute votre stratégie de référencement sur les mots clés « plombier » si vous êtes plombier à Cannes alors que les internautes vont plutôt rechercher le terme « plombier à cannes » par exemple ;

Mettez en valeur les mots clés principaux de vos articles via différents styles (gras, italique et souligné) ainsi qu’en variant la taille des textes ;

N’hésitez pas à répéter plusieurs fois les mots clés importants dans votre page, en variant leur forme. Par exemple : « plombier Cannes », « plomberie à Cannes», « dépannage plomberie Cannes », « réparation fuite eau Cannes », «Cherche plombier Cannes». Il n’existe toutefois à priori pas d’indice de densité de mots clés idéale, aussi ne vous focalisez pas dessus et rédigez des textes agréables et intéressants pour les internautes ;

Évitez de développer trop de mots clés différents au sein d’une même page (deux ou trois mots clés différents semblent être l’idéal), prévoyez au contraire d’aborder ces mots clés dans d’autres pages ;

Enfin, certains vous conseilleront de faire volontairement des fautes (par exemple des fautes d’orthographe) dans vos textes afin d’améliorer le référencement : en effet, les mots mal orthographiés peuvent également être source de trafic. Essayez par exemple de taper le mot clé mal orthographié « chocolat blan » sur Google, vous serez surpris du nombre de réponses que vous allez trouver !

 

Cependant, je déconseille l’utilisation de cette méthode : il s’agit pour moi d’un manque de respect vis-à-vis de l’utilisateur, et la qualité de votre site risque d’en pâtir.

 

Contenu média

Afin d’améliorer votre référencement, je vous conseille d’inclure photos et vidéos dans vos pages web. En effet, Google les incluent non seulement dans la page de recherche correspondante (« rechercher une vidéo » ou « rechercher une image » donc), mais aussi sur sa page principale. Par exemple, si je tape le mot clé « plombier », voici ce que me propose Google en première page :

plombier

On y trouve bien sûr des liens vers des sites concernant le sujet, mais aussi des photos et vidéos correspondant au thème. Seul hic : les robots d’indexation ne savent pas interpréter le contenu d’une image, ni même d’une vidéo. Vous allez donc devoir lui expliquer de quoi il s’agit. Rassurez-vous, c’est très simple :

 

Référencement d’une image

La première chose à faire est de renommer votre image afin qu’elle ait un nom clair. Savez-vous ce que représente l’image « P082067.jpg » ? Non ? Google non plus. En revanche, si vous appelez votre image « chambrehote-nice.jpg », là tout le monde comprendra qu’il s’agit d’une photographie d’une chambre d’hôte situé à Nice.

astuce

Ensuite, renseignez consciencieusement la balise ALT de l’image. Il s’agit du texte alternatif qui sera affiché dans le cas où le site ne trouve pas l’image. Pour notre exemple ci-dessous, nous pouvons indiquer « Chambre d’hôte à Nice ». Enfin, tâchez de rester cohérent entre vos images et vos textes. Pour résumer : Pour un meilleur référencement, renommez vos images et remplissez la balise ALT avec vos mots clés

attention

 

Référencement d’une vidéo

Là encore, la première chose à faire est de donner un nom explicite à votre vidéo afin que les moteurs de recherche comprennent de quoi il s’agit. Vous l’aurez compris « sequence-03-2012.mov » n’est pas un titre explicite contrairement à « mariage-a-Nice.mov ». N’oubliez pas de séparer les différents mots clés par des tirets afin d’aider les moteurs de recherche.

Ensuite, renseignez les métadonnées de votre vidéo à l’aide de votre logiciel habituel de traitement de vidéo. Saisissez notamment le titre, l’auteur, la description et une série de mots clés. Grâce à ces informations, les moteurs de recherche pourront plus facilement classer votre vidéo. Ensuite, lorsque votre vidéo est prête, intégrez-la à différentes plateformes de partage telles que Youtube, Viméo, Dailymotion, Google Vidéos… En ajoutant votre vidéo à ces sites, vous obtiendrez plus de trafic et disposerez d’un meilleur référencement naturel. Ces sites proposent généralement un système de commentaire. Enfin, créez un sitemap vidéo afin qu’elle soit indexée plus rapidement. Explications sur le sitemap vidéo de Google. Si vous le désirez, vous pouvez également intégrer à votre site un fil RSS répertoriant toutes vos vidéos, cela contribuera également à l’amélioration de leur référencement tout en facilitant leur visibilité auprès des internautes. Comme pour les images, n’oubliez pas d’insérer votre vidéo dans un contenu textuel portant sur la même thématique.

 

Carte Google Map

Ajouter une carte Google Map à votre site, par exemple sur votre page de contact, est une excellente idée. D’une part parce que cela permettra aux utilisateurs de mieux vous situer (idéal s’ils doivent venir dans vos locaux pour une raison ou une autre), et d’autre part parce que cela aura une influence positive sur votre positionnement dans Google.

Voici l’adresse : http://www.google.com/local/add/

Imaginons que vous recherchez un restaurant sur Paris. Saisissez les mots clés « Restaurant Paris » dans votre moteur de recherche, en l’occurrence Google, et voyez les résultats proposés :

map

Dans la colonne de gauche, les premiers liens sont tous, ou presque, issus de Google Map. Quant à la colonne de droite, elle affiche une carte avec de nombreux points, chacun correspondant à un restaurant indexé par Google. De plus, tout comme il est possible de rechercher uniquement des vidéos ou des images, Google intègre depuis quelque temps une recherche directement sur sa carte : les utilisateurs souhaitant trouver quelque chose dans un lieu donné auront plus tendance à l’utiliser. Cette soumission a deux avantages : • Obtenir des visites ou des contacts via Google Maps, • Apparaître sur des requêtes géolocalisées dans les résultats de Google.

 

Et après les opération seo ?

Mise à jour du site

Nous l’avons vu, il est important de mettre régulièrement à jour votre site internet. Et cela concerne aussi bien les modifications de contenu que des ajouts de textes. Cependant, selon les sites, il n’est pas toujours évident de retravailler sans cesse le contenu, je pense notamment aux sites vitrines : mis à part quelques actualités et des changements de référence, il y a fort à parier que le contenu même de votre site risque de peu changer. C’est pourquoi je vous conseille d’intégrer un blog : outre la mise en avant de votre expertise, cela vous permettra d’induire une certaine proximité avec vos lecteurs. Évoquez de préférence des sujets en rapport avec votre activité afin d’être mieux positionné sur les mots clés en question. Tâchez d’y ajouter du contenu assez souvent : au moins un nouvel article par semaine ! Habituez les internautes et les moteurs de recherche à venir régulièrement sur votre site afin de fidéliser les premiers et d’améliorer votre positionnement grâce aux seconds.

 

Une fois le site en ligne…

Dès lors que votre site est en ligne, vous allez pouvoir le soumettre aux moteurs de recherche. Tous les moteurs de recherche disposent d’une page permettant d’ajouter un site : il vous suffit en général d’y saisir l’adresse de votre page web. À noter que les délais sont très variables d’un moteur à l’autre, et que la soumission de votre site peut parfois prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

 

Forcer l’indexation avec https://www.google.com/webmasters/tools/submit-url

 

L’importance des liens entrants (ou backlinks)

Pourquoi obtenir des liens entrants ?

Google intègre la notion de « popularité » dans son algorithme. Or cette popularité se base notamment sur la qualité et la quantité des liens entrants (ou backlinks). Aussi, plus vous aurez de liens entrants et plus vos chances d’être bien positionné augmenteront.

Les backlinks n’ont toutefois pas tous le même poids dans l’algorithme puisque la popularité des sites faisant un lien vers le vôtre est également prise en compte. Aussi, plutôt que d’obtenir mille liens de sites peu connus, tachez d’en obtenir quelques-uns de sites populaires. Encouragez également les internautes à partager votre site via ces réseaux sociaux (utiles pour le référencement bien sûr, mais aussi pour améliorer votre visibilité sur la toile).

 

Comment obtenir des liens entrants ?

Il existe de nombreuses solutions pour obtenir des liens entrants :

S’inscrire sur les réseaux sociaux, remplir son profil et poster de temps à autre des liens vers des pages de son site ; • Inciter les internautes à partager les contenus de votre site, via les réseaux sociaux par exemple ;

S’inscrire dans des annuaires ;

Poster des liens sur des forums (votre signature et topics), des blogs (articles invités et commentaires) et autres sites ;

Rédiger des communiqués de presse et les poster sur les sites adéquats ;

Convenir d’un échange de liens avec d’autres sites portant sur la même thématique ;

Acheter un lien vers son site sur un site populaire (pratique interdite par Google, mais malheureusement encore réalisée) ;

Si votre site a un objectif non commercial, pensez également à vous créer une page sur Wikipédia Cette liste est bien sûr non exhaustive, à vous d’imaginer comment obtenir le plus de backlinks possible ! Voici une liste très intéressante de sites de communiqués de presse, annuaires et Digg Like : vous n’avez plus qu’à faire votre choix !

 

Autres conseils

Tachez, dans la mesure du possible, d’obtenir des liens de ce type :

line

Dans l’attribut TITLE, indiquez quelques mots clés, par exemple le nom de la page web concernée. Le texte qui s’affichera doit dans l’idéal contenir une expression importante pour votre référencement naturel. Par exemple si votre site parle des « services à la personne », vous pouvez placer « Aide à la personne », « Aide à domicile », « Service pour particulier », etc. Normalement vous avez déjà défini une liste de mots clés à utiliser dans votre site : utilisez-les ici aussi !

N’hésitez pas à varier ces TITLE et nom afin de disposer de nombreux backlinks différents. Cela se nomme des ancres. Si vous avez la possibilité de choisir à quel emplacement sera situé votre lien (par exemple dans le cadre d’un partenariat), privilégiez autant que possible une page bien référencée et pauvre en liens externes, le top est la page d’accueil. En effet, si le moteur de recherche voit qu’une même page contient des centaines de liens, il leur accordera à tous moins de crédit.

 

Techniques à proscrire pour votre référencement

Si toutes les techniques que nous venons de voir contribuent positivement au référencement naturel de votre site, il existe également une série de pratiques déconseillées, qui auront un impact néfaste sur votre positionnement. Votre site risque de ne plus apparaitre dans les résultats de recherche (blacklistage ou la sandbox). En voici quelques-unes :

 

Cacher le contenu aux internautes

Certains webmasters souhaitent afficher le plus de mots clés possible sur leur site, sans toutefois gêner les internautes. Pour cela, ils prennent soin d’afficher le texte dans la même couleur (ou dans une couleur très proche) que le fond de la page. Attention parfois cette erreur est commise de façon non intentionnelle à cause d’une erreur de CSS/Design. Cette pratique est depuis longtemps lourdement sanctionnée par Google. S’ils venaient à découvrir l’utilisation d’une technique telle que celle-ci sur votre site (et croyez-moi, ils la remarqueront), les mois de travail que vous aurez passés sur le référencement de votre site seraient réduits à néant : il retombera dans les profondeurs du web. N’essayez pas de duper les moteurs de recherche, ce serait vous tirer une balle dans le pied.

 

Pages vides

Évitez dans la mesure du possible de mettre en ligne des pages vides ou « en construction ». Ne mettez une page en ligne que lorsqu’elle se compose d’un contenu intéressant pour les internautes, ou bien utilisez la balise méta robots pour indiquer aux moteurs de recherche de ne pas indexer ces pages. Cloaking Le cloaking est une autre pratique permettant de tromper les robots crawleurs. Il s’agit de détecter qui est en train de visiter la page (estce un robot ou bien un internaute ?) grâce à son adresse IP et d’afficher un contenu différent selon le visiteur. Le but étant bien évidemment d’obtenir un meilleur positionnement que celui qu’aurait pu obtenir légalement la page visible par les internautes.

Cette pratique est à proscrire : les moteurs de recherche la considèrent comme du spamdexing et sanctionnent les sites qui abusent de cette technique. Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à changer très souvent d’IP, justement dans le but de ne pas être reconnus.

 

Les sites « miroir », les pages satellites et le duplicate-content

Les moteurs de recherche aiment les sites internet disposant d’un contenu original, c’est-à-dire unique. De ce fait, ils sanctionnent les sites disposant de contenus accessibles à d’autres URL. C’est pourquoi, l’utilisation de sites miroir, des pages satellites et du duplicate-content sont sanctionnés par les moteurs de recherche et considérés comme du spamdexing.

Voyons ces pratiques plus en détail :

  • Site miroir :Un site miroir est une copie conforme d’un autre site dans le but d’améliorer le positionnement dudit site internet. Cette pratique est sanctionnée.
  • Page satellite : Une page satellite, ou doorway, contient généralement de nombreux mots clés et liens vers un site (elle peut faire partie du site ou non), au détriment d’un contenu rédactionnel intéressant. Le plus souvent cette page intègre une redirection automatique pour les internautes. Elle a pour objectif de capter du trafic supplémentaire et de tromper les moteurs de recherche en permettant un meilleur positionnement de la page. Cette pratique est également considérée comme du spamdexing, et là encore, les moteurs de recherche vous sanctionneront si vous l’utilisez. Vous risquez jusqu’à un déclassement total de votre site internet.
  • Duplicate-content: Le duplicate content (ou contenu dupliqué) consiste à reprendre tout ou partie du contenu d’un autre site (ou d’une autre page du site en question) dans le but d’améliorer son positionnement.

Les moteurs de recherche vont alors déterminer la page originale (on appelle cela l’« url canonique »), c’est-à-dire la page qui a posté ce contenu en premier. Les autres ne seront pas indexées. Est également considérée comme duplicate content une page qui serait accessible à travers plusieurs URL. Or cette situation se retrouve dans deux cas : « www » ou pas ? Par défaut, un site internet est disponible à deux adresses : http://www. 301.fr et http://301.fr . Pour empêcher que cela soit pris pour du duplicate content, certains CMS l’utilisent par défaut en option, sinon modifiez le fichier .htaccess de votre site afin d’y inclure une redirection de type 301 :

Grâce à ces quelques lignes de codes, toutes les URL ne comprenant pas le « www » seront redirigées vers l’url contenant justement « www ». Url-rewriting Dans le cas de l’url-rewriting, vos pages sont là encore accessibles par deux URL différentes : celle avant réécriture et celle après réécriture. Toujours dans votre fichier .htaccess, pensez à faire une redirection 301 des premières vers les secondes. Vous pouvez également utiliser la balise URL canonique :

<link href= »https://301.fr/ » rel= »canonical » />

Grâce à cette méthode, vous indiquez aux moteurs de recherche la source du contenu dupliqué, et ils indexeront uniquement la page légitime. Elle bénéficiera en outre de la popularité des autres pages. Ce code est à insérer dans toutes les pages sujettes au duplicate-content. Cette liste des pratiques frauduleuses n’est pas exhaustive : seules les plus courantes vous ont été présentées. Mais sachez que, peu importe la technique utilisée, une pratique visant à tromper les moteurs de recherche finira toujours par être repérée et entrainera des sanctions. Proscrivez-les absolument !

 

 

CONCLUSION

Je vous avais prévenu : il n’existe aucune technique miracle pour qu’un site internet soit bien positionné sur les moteurs de recherche. Toutes les pratiques visant à tromper les robots d’indexation sont maintenant connues et sanctionnées ; et celles qui ne le sont pas encore le seront rapidement. Ne cherchez pas à plaire à tout prix aux moteurs de recherche : après tout votre site a été créé pour les internautes ! Pensez aux informations qu’ils sont susceptibles de rechercher et construisez votre site à partir de cette réflexion. Pour être connu, votre site doit parfaitement ré- pondre à leur besoin. Facilitez-leur la vie en intégrant un plan de site et un fil d’ariane. Pensez également à mettre en place un bon maillage interne afin qu’ils puissent naviguer facilement d’une page à l’autre sans avoir à passer par le moteur de recherche ou le menu principal. Rédigez des contenus originaux et pertinents, et n’oubliez pas de les mettre régulièrement à jour, par exemple en ajoutant de nouveaux articles via un blog. Respectez les standards du web (suivez notamment les directives du consensus W3C), hiérarchisez votre contenu, allégez le poids de vos différentes pages et bannissez à tout prix les i-frames. Peaufinez votre stratégie de référencement par l’obtention de nombreux backlinks (de préférence postés sur des sites de qualité, qui leur donneront plus de valeur) afin d’améliorer la notoriété et la popularité de votre site internet. Et enfin, surveillez régulièrement vos statistiques afin de savoir ce que vous pouvez améliorer dans votre stratégie pour faire partie du « pôle position » des moteurs de recherche sur plusieurs de vos mots clés. Le travail bien fait fini toujours par payer, bon courage !